Chroniques

Interview de Ty Labussière

Pourquoi avoir choisi ce style littéraire?

Je ne pense pas avoir un style littéraire particulier : j’aime avant tout raconter des histoires, de belles et de grandes histoires.Cela a commencé avec mes filles. Le soir, je prenais le temps de leur raconter une histoire qui sortait de mon imaginaire. L’idée de poser sur le papier ces contes découla naturellement, et comme ma femme est artiste peintre, nous avons lancé ce projet commun. De ce travail est sorti 3 livres pour enfants.
Plus tard, j’ai écrit des chansons pour ma fille. Elle voulait être chanteuse. De là est née une dizaine de chansons et une comédie musicale « Sylvain et Verdie » qui relate les amours du dieux de la forêt sur fond de désastre écologique.
Ma passion pour Molière et le théâtre m’a conduit presque naturellement à écrire une pièce. « Ninon, mémoire d’une insoumise ». L’histoire d’une courtisane féministe avant l’heure qui avait compris que l’intelligence et la beauté lui donnerait une plus grande indépendance.
La plongée dans l’histoire et tous ces grands personnages historiques et littéraires m’ont confirmés que j’aimais l’histoire mais surtout que j’aimais combler les manques ou « les trous de l’histoire » et attiser la curiosité des lecteurs sur tel ou tel fait : ainsi est née la rencontre véritable, mais jamais racontée, entre Christine de Suède et Ninon de Lenclos. Le diner entre Perrault, Boileau, La Fontaine et st Evremond qui précéda leur réconciliation publique au parlement…

Je suis aussi un passionné de mon époque et la politique m’intéresse. Je regarde et m’inspire souvent du passé pour comprendre les mouvements d’aujourd’hui. Très grand lecteur d’essais, j’ai conservé cette manière d’analyser les faits : de manière synthétique. Cela m’aide dans la construction d’un récit rempli de référence historique. Je construis la trame historique puis je recherche comment insérer mes personnages de fictions aux personnages réelles.
Les récits de voyages m’inspirent dans les description de paysage, c’est ainsi que le voyage de Germaine Tillion a été écrit en s’inspirant du voyage en Italie de Goethe.
Pour « Le coup de l’éventail « je n’ai pas utilisé de narrateur, j’ai utilisé le « je ». Chacun de mes personnages raconte sa propre histoire. Cela donne de la vivacité au récit, mais cela donne aussi plusieurs styles d’écritures différentes, ce qui parfois, peut perturber le lecteur. Mais pour moi cela fut plus facile de m’insérer dans la psychologie des personnages.

Quels sont les auteurs, les livres qui vous inspirent?

Les grandes Sagas d ‘Henri Troyat ont bercées ma jeunesse j’ai pris énormément de plaisir à lire « La lumière des justes, le moscovite ou les semailles et les moissons mais d’une manière générale j’aime les auteur dit Classique Hemingway, Steinbeck avec les Raisons de la colère, des souris et des hommes,Flaubert, Jules Verne etc. Mais aussi les auteurs qui ont une vision politique du monde qui les entoure Camus, Sartre et bien sur Onfray. Amoureux du théâtre Moliere, tient une bonne place mais la rencontre avec des metteurs en scènes m’a fait découvrir Shakespeare, Becket mais aussi des contemporains comme Yasmina Reza. Pour finir les livres d’histoires par thèmes sont mon quotidien quand je travaille sur une période
Pouvez vous nous parler de votre roman?C’est un livre qui raconte le destin croisé de 3 personnages qui sont emportés dans la tourmente de l’histoire. Aucun des trois ne l’a vraimentdésiré, mais ils se lancent à corps perdus en réaction à l’injustice. Chacun va côtoyer la monstruosité humaine, et pour certain même l’engendrer et agir en réaction.
C’est ainsi que Germaine Tillion avec l’aide des autres prisonnières écrit une comédie musicale alors que leur vie est menacée chaque jour dans le camps de Ravensbrück, ou encore elle interviendra sans hésitation auprès de Yacef Saâdi pour que cesse la pose de bombes;
Il n’y a pas de causes qui méritent la mort d’être humain bien souvent innocents, même si la cause paraît juste. C’est ce que j’appelle le malicide : on justifie le mal, l’horreur, la torture, le pillage économique par le bien fondé d’une action. Georges Busch cria au monde que la guerre contre l’Irak était la guerre du bien contre le mal… Combien de milliers de mort au nom de cette notion de « bien ».
Les nazis aussi avaient trouvé justification à leurs exactions. N’avaient-ils pas inscrit sur leur ceinturon « Gott mit uns », Dieux avec nous…
C’est aussi un livre d’espoirs qui montrent que les luttes peuvent amener à la victoire et que l’acharnement des uns peut être vaincu par la dignité des autres.Ce livre permet comprendre la période coloniale, son fonctionnement, et donne une vision inhabituelle de la guerre d’Algérie et qui amène un élément de réponse au terrorisme actuel.

Lequel de vos personnages est le plus proche de vous ?

Indiscutablement Germaine Tillion, c’est un personnage dont la vie est un roman, et d’une exemplarité de vie merveilleuse. Toujours à l’écoute, elle passe sa vie à vouloir comprendre et préserver des vies, à dénoncer les atteintes à la dignité, les horreurs de ce monde. Toujours à la recherche au travers de ses livres, de ses conférences, de ses coup de gueules d’une plus grande justice. Elle informe, elle explique, elle plaide, elle éclaire de ses lumières. Elle disait  » je n’ai pas choisi les gens à sauver, j’ai sauvé délibérément tous ceux que j’ai pu, Algériens, Français de toutes opinions. Aujourd’hui elle serait probablement à la manoeuvre pour sauver des migrants. On est souvent habité par ses personnages et il m’est arrivé de me sentir Germaine Tillion et je peux dire que cette grandeur d’âme m’a approché et qu’elle m’a fait un bien fou.

Il y a un thème que vous aimeriez aborder et un autre que vous n’aborderez jamais?

Je n’ai pas la vocation d’écrire des feel-good mais pourquoi pas , je ne m’interdis rien. J’ai en projet un livre sur fond de révolution Française et de théâtre et un autre sur la dictature et les mots.

Quel est le livre que vous auriez aimé écrire?

Je laisse aux écrivains leurs chef-d’œuvres, et je suis bienheureux de savoir, que tel ou tel ont, où ont eut du succès. Par contre les manières d’écrire m’inspirent et j’aimerai trouver une tirade comme celle du nez dans Cyrano.

Avez vous en dehors de l’univers littéraire d’autres passions?

Le théâtre, je suis un grand consommateur et j’aime aller à la rencontre des acteurs, des salles, et des metteurs en scènes.
La politique au sens noble du terme. Je crois à l’engagement qu’il soit de droite, de gauche ou encore écologique. Je considère que c’est un devoir de s’engager pour que ce monde aille mieux. Je suis conscient que la tache est rude et longue mais il faut que chacun s’y atèle.
Les arts sculptures, peintures musiques la culture en générale c’est une passerelle pour la compréhension des peuples.

Quels sont vos rituels d’écriture?

Le matin, la nuit, à coté de ma femme qui peint, toujours un fond de musique, Macbook pro et mes carnets de notes, les livres d’inspirations et de références proches de moi, pour un regard furtif entre 2 phrases.

Imaginez que l’un de vos romans soit adaptés au cinéma, qui voyez vous dans le rôle principal?

Mon premier roman est politique aussi je verrai bien une actrice comme Juliette Binoche dans le rôle de Germaine Tillion. j’aime les gens et particulièrement les femmes engagées. Elles le font souvent avec beaucoup plus d’honnêtetés qui est elle même engagée.

Avez vous des salons du livre ou dédicaces prévues?

Oui un seul à venir Vence, Tournettes, et Toulon peut être seront confirmés.

Quels sont vos futurs projets?

Finir le 2e roman et commencer le 3e roman. Aller sur la piste des décembristes de Moscou au lac Baïkal.

Un petit mot pour vos lecteurs?

Osez les romans historiques vous y découvrirez les clés pour comprendre le monde d’aujourd’hui… Si commencez par le mien vous aurez envie de continuer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s