Chroniques

Chambres noires de Karine Giébel-Service presse 2020 #43

Genre:

Thriller/Policier/Nouvelles

Éditeur:

Belfond

Où se le procurer ?

Amazon,Cultura,Fnac…dans toutes les librairies( pensez au click&collect durant cette période de confinement )

Résumé :

Après D’ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.

Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vus venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.

Voilà ce qu’on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l’auteure emprunte les titres de grands films qui l’ont marquée.

Après D’ombre et de silence, elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.

À la fin de l’ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Cœur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

A propos de l’auteure :

Karine Giebel est née en 1971. Elle est notamment l’auteure de : Meurtres pour rédemption (2006), Les Morsures de l’ombre (2007), prix Intramuros du festival de Cognac et prix SNCF du polar, Juste une ombre (2012), prix Polar francophone du festival de Cognac et Prix marseillais du polar, Purgatoire des innocents (2013), Satan était un ange (2014) et De force (2016). Toutes blessent, la dernière tue (2018) a été récompensé par le prix de l’Évêché, le prix Plume d’or du thriller francophone, le prix Évasion et le Book d’or thriller du prix Bookenstock. Son dernier roman, Ce que tu as fait de moi (2019), est un succès.

Les livres de Karine Giebel se sont vendus à plus d’un million et demi d’exemplaires à ce jour et sont traduits dans une douzaine de langues.

Mon avis :

Je remercie énormément Belfond,Karine Giébel et Net galley pour l’obtention de ce service presse.

J’attends le nouveau livre de Karine avec impatience, j’aime énormément cette auteure que j’ai découvert avec « Meurtres pour redemption » j’ai eu un coup de foudre pour cette formidable plume,sombre et envoûtante.Je suis toujours impatiente d’acheter les romans de l’auteure dont j’ai désormais toutes les œuvres.

Actuellement alitée cette lecture a été plus que bienvenue car quoi de mieux que de lire l’une de ces auteures favorites,un vrai bonheur,mon petit plaisir coupable.Ces nouvelles sont extrêmement brillantes mais aussi très sombre.On apprécie certains personnages, on en déteste d’autres, on est complice de leur terreur et on s’en délecte…enfin pas toujours.

Je pense que cette auteure est la seule dans l’univers du roman noir à pouvoir me faire autant frissonner sûrement parce qu’elle explore comme personne les côtés les plus sombre de l’être humain.

Rien n’est tout blanc ou tout noir, chaque personnage à ses bons et mauvais côtés, on peut apprécier un personnage alors même qu’il est capable de commettre un acte odieux.Grâce à son auteure, on peut le prendre en sympathique, avoir une profonde empathie alors que le personnage ne le mérite peut être même pas.On rencontre à travers ce recueil des histoires très différentes les unes des autres.

Il y a donc quatre nouvelles inédites et d’autres nouvelles déjà parus dans d’autres recueils. Des nouvelles de plusieurs recueils « 13 à table » au profit des « restos du coeur » (dont le nouveau vient tout juste de paraître chez « Pocket » d’ailleurs), je les connaissais déjà et une nouvelle du recueil « Des mots par la fenêtre » ( disponible également chez « Pocket »)au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France(recueil qui est dans ma PAL), nouvelle émouvante qui m’a tout particulièrement secouée.

Après avoir lu la première nouvelle, j’ai dû faire une pause dans ma lecture tant elle m’a ébranlée.On y découvre un homme que j’ai tout de suite trouvé antipathique, il n’a pas de respect pour son épouse,ne semble pas vraiment aimer ses enfants, un homme égoïste et manipulateur.Il a commit un crime il y a des années et la famille de sa victime va se venger.Un récit glaçant,qui m’a fait pleurer et vraiment j’ai eu du mal à reprendre ma lecture tant j’ai été bouleversé.

La seconde nouvelle est l’une de mes favorites.Mathilde est femme de ménage, elle ne compte pas les heures et cumule les boulots pour avoir de quoi vivre ou plutôt survivre,il y a les restos du coeur pour l’aider mais ce qui la déchire le plus c’est d’être séparé de sa fille, hébergée par la sœur de Mathilde et le conjoint de celle-ci aime un peu trop sa fille.Rosetta, une jeune Africaine est hantée par son passé car elle a connu la guerre,les pires horreurs et se demande parfois si la mort ne serait pas préférable.Une nouvelle on ne peut plus réaliste puisque de nombreuses personnes vivent hélas comme Mathilde et Rosetta…en 2020! Une honte! Le gouvernement devrait ouvrir les yeux.J’ai adoré cette nouvelle et je regrette que Karine Giebel n’en ai pas fait un roman.

Ma seconde nouvelle favorite est celle figurant aussi dans le recueil « Des mots par la fenêtre », on y fait la connaissance dans un EHPAD d’une survivante d’Auschwitz qui a vécu l’enfer,son crime? Avoir sauvé des enfants Juifs.La courage résistance a survécu aux SS et aux horreurs nazis mais peut-elle survivre au covid 19? Victime du manque de moyen dans l’EHPAD, notre courageuse héroïne perd ses dernières amies.

L’une des nouvelles qui m’a fait le plus frissonner est celle d’un couple s’apprête à partir en vacances avec leur fils, tout se passe à merveille jusqu’à ce que le séjour se transforme en pur cauchemar.Le sang va couler…mais est-ce bien réel?

Toutes les nouvelles sont incroyables, l’auteure arrive encore à me surprendre après toutes ses années.Merci Madame Giébel pour toutes ces émotions !ce recueil est une vraie tuerie au sens propre comme au figuré 🔪

Aimez vous cette auteure?L’avez-vous déjà lu?

Bonne lecture !

Ma note: ❤️❤️❤️❤️❤️

Le recueil auquel a participé Karine Giébel est toujours en vente et vous permet de faire une bonne action en vous faisant plaisir…
De même pour « 13 à table! » le nouveau recueil est disponible depuis peu.

Un commentaire sur “Chambres noires de Karine Giébel-Service presse 2020 #43

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s