Chroniques

Le crépuscule et l’aube de Ken Follett-Chronique 2020 #15

Genre :

Roman historique

Titre V.O:

The evening and the morning

Éditeur :

Robert Laffont

Où se le procurer ?

Toutes les bonnes librairies et en vente sur Amazon,cultura,kobo, le Furet du nord …

Résumé :

En l’an 997, à la fin du haut Moyen Âge, les Anglais font face à des attaques de Vikings qui menacent d’envahir le pays. En l’absence d’un État de droit, c’est le règne du chaos.
Dans cette période tumultueuse, s’entrecroisent les destins de trois personnages. Le jeune Edgar, constructeur de bateaux, voit sa vie basculer quand sa maison est détruite au cours d’un raid viking. Ragna, jeune noble normande insoumise, épouse par amour l’Anglais Wilwulf, mais les coutumes de son pays d’adoption sont scandaleusement différentes des siennes. Aldred, moine idéaliste, rêve de transformer sa modeste abbaye en un centre d’érudition de renommée mondiale. Chacun d’eux s’opposera au péril de sa vie à l’évêque Wynstan, prêt à tout pour accroître sa richesse et renforcer sa domination.
Dans cette extraordinaire épopée où se mêlent vie et mort, amour et ambition, violence, héroïsme et trahisons, Ken Follett, l’un des plus importants romanciers de notre temps, revient à Kingsbridge et nous conduit aux portes des Piliers de la Terre.

Traiter:

ICI

Extraits :

« Il recula, mais les Vikings continuaient d’avancer et il n’était pas question de fuir tant qu’il n’aurait pas trouvé Sunni. (…) Certains étaient armés de haches et de poignards, un autre d’un arc et de flèches. Pendant quelques secondes, Edgar les fixa du regard, pétrifié par le spectacle (…). Les seules brutalités auxquelles il eût jamais assisté jusque-là avaient été des bagarres entre garçons belliqueux ou entre hommes avinés. Le scène qui se déroulait sous ses yeux était nouvelle : du sang qui jaillissait, des entrailles qui se déversaient, des cris de douleurs et de terreur. La peur le paralysait. »

«  Il n’est pas habituel que deux frères soient respectivement évêque et ealdorman du même territoire, remarqua- t-il. Cela confère beaucoup de pouvoir à une seule famille.

— C’est pourtant compréhensible. Wilf a besoin que l’évêque soit un homme en qui il ait toute confiance. 

— Je ne dirais pas qu’il a toute confiance en Wynstan », répondit Aldred après une hésitation.

Ragna eut l’air très intéressée. »

« L’esclavage était un trait de la vie anglaise qu’elle avait du mal à accepter. Cette pratique avait été plus ou moins abandonnée en Normandie, mais ici, elle était monnaie courante. Il y avait une centaine d’esclaves à Shiring, dont plusieurs vivaient et travaillaient dans le domaine. Beaucoup se chargeaient des tâches ingrates, pelletaient le fumier et nettoyaient les écuries, ou effectuaient des travaux de force, creuser des fossés ou transporter du bois, par exemple. Les plus jeunes travaillaient certainement dans les bordels de la ville, même si Ragna ne le savait pas d’expérience puisqu’elle n’était jamais entrée dans une de ces maisons. »

« Aldred comprit qu’une nouvelle fois, Wynstan prenait l’avantage en menant lui-même l’accusation. Il pouvait ainsi présenter ce meurtre sous un meilleur jour.

« Cela n’en reste pas moins un crime, et l’évêque vient d’avouer en être responsable », observa Wilwulf avec gravité.

Wynstan baissa la tête en signe d’humilité. Aldred se demanda combien de personnes étaient dupes.

« Il devra donc payer le prix du sang à la veuve de la victime », poursuivit l’ealdorman. »

« Aldred était satisfait du développement de sa bibliothèque. Il l’alimentait de préférence de livres en anglais plutôt qu’en latin pour les rendre accessibles à tous ceux qui savaient lire au lieu de les réserver au clergé instruit. Il avait les Évangiles, les Psaumes et quelques ouvrages liturgiques qui pouvaient tous être consultés par les curés de campagne qui n’avaient que peu ou pas de livres à eux. Son petit scriptorium produisait des copies bon marché destinées à être vendues. Il possédait également quelques traités et des recueils de poésie profane. »

« Le roi Ethelred tenait audience sur la place du marché devant la cathédrale de Shiring. Tous les habitants de la ville étaient là, ainsi que des centaines de villageois venus des environs et la plupart des nobles et des dignitaires de l’Église de la région. Les gardes du corps de Ragna se frayèrent un chemin à travers la foule pour l’aider à gagner les premiers rangs, où avaient pris place Wynstan, Wigelm et tous les autres notables dans l’attente du souverain. Elle connaissait la plupart des thanes et veilla à dire quelques mots à chacun. Elle tenait à ce que tout le monde sache qu’elle était de retour. »

A propos de l’auteur:

Ken Follett connaît son plus grand succès avec Les Piliers de la Terre, paru en 1989. C’est le début de la saga Kingsbridge, poursuivie avec Un monde sans fin et Une colonne de feu(Robert Laffont, 2008 et 2017), et vendue à plus de quarante-trois millions d’exemplaires dans le monde.

Mon avis:

Quel plaisir de tenir ce pavé entre mes mains, réservé depuis des semaines, je n’ai pas attendu l’appel de ma libraire pour aller chercher mon exemplaire.Dès que je suis trouvée sur le trottoir je l’ai commencé ce beau bébé de quasi un kilo.

La couverture est superbe avec un léger relief bien plus belle selon moi que les couvertures étrangères.

Lire Ken Follett que j’adore est toujours un grand moment, j’ai particulièrement aimé cette grande fresque moyen-âgeuse que composé les piliers de la terre, un monde sans fin et la colonne de feu c’est donc avec impatience et émotions que j’ai commencé ce prequel en plein âge des ténèbres.

L’histoire qu’a écrit Ken Follett se situe dans une période très sombre de l’Angleterre qui subit les invasions de vikings et de Gallois le roman débute en 997 et se termine en 1007,pas encore à l’époque des bâtisseurs puisque l’Angleterre a fortement régressé à cette époque.On assiste à la naissance de Kingsbridge à l’époque où c’est un tout petit village.

Ethelred le mal avisé

Le récit tourne autour de trois personnages principaux :

Edgar un jeune homme qui s’apprête à tout quitter pour s’enfuir avec la jeune femme qui l’aime.Elle est mariée et ils doivent donc partir à l’aube en cachette, mais le jeune homme assiste à l’arrivée des vikings et sa vie va complètement basculer suite à ce raid.Avec sa mère et ses frères ils doivent quitter leur village pour partir à « Dreng’s ferry » travailler dans une ferme.Tres intelligent mais parfois trop vif, Edgar est juste et bon, il peut construire presque n’importe quoi.

Aldred est un moine qui rêve de transmettre le savoir, c’est un idéaliste, un homme de paix qui n’hésite pas à se battre pour un monde plus juste qui à y laisser quelques plumes et se faire des ennemis mortels.Malgre tout, il ne perd jamais espoir et garde une foi intacte.Il va devenir un grand ami d’Edgar dont il devient peu à peu très amoureux sans que quoi que ce soit possible entre eux.

Ragna de Cherbourg est une jeune Française,belle,érudite surnommée Déborah ou encore Ragna la juste.Son père le comte Hubert lui a apprit à gouverner.Elle idéalise l’amour et contre l’avis de ses parents épouse l’ealdorman Wilfulf.Ses déceptions vont être nombreuses, la jeune femme naïve va devoir s’endurcir et ne jamais cesser de se battre pour ce qui est juste.Ses ennemis sont très nombreux mais elle a des soutiens infaillibles:Aldred et Edgar.

Ken Follett s’est rendu en Normandie pour s’inspirer des tapisseries de Cherbourg

Tout commence par le raid viking où Edgar voit la femme qu’il aime mourir sous ses yeux, le jeune constructeur de bâte aux est convaincu qu’il n’aimera plus jamais et que sa vie n’a plus de sens.Peu proche de ses frères qui sont jaloux de son savoir,il peut compter sur sa mère.Ils doivent tous d’emménager, s’improviser fermier sur une terre sèche, affamés et meurtris par des épreuves.Edgar va devenir très vite l’homme à tout à faire de Dreng un aubergiste impitoyable, fainéant et méchant et se faire une amie:Bold, l’esclave galloise de Dreng.Petit à petit, il va devenir l’allié et ami de Ragna de Cherbourg et du moine Aldred.Ragna est une femme forte, qui n’hésite pas à se battre pour faire valoir ses droits et ses valeurs dans un pays dont les coutumes lui semble barbares.Il faut dire que la jeune femme vient de Normandie où la ville est fortifiée, l’écriture et la lecture enseignée alors que l’illettrisme, l’impiété, la polygamie…autant de choses choquantes pour elle sont monnaies courante dans son nouveau pays.La vie qu’elle s’imaginait avec son époux ne sera en rien conforme à ce dont elle rêvait…trahie dès le début, hait par sa belle famille.Rag’a n’a rien d’une poupée docile!Feministe et précurseur , c’est vraiment mon personnage coup de coeur.Aldred est un moine qui a commit des pêchés qui obscurcissent sa conscience, il est sage, bon, intelligent…alors que l’église est horriblement corrompu lui s’acharne à poursuivre ceux qui volent,corrompent et va dénoncer les manigances du puissant Wynstan, un évêque qui est le beau-frère de Ragna.Un personnage haissable qui va lui mener une vie d’enfer.

Le roman est passionnant, il y a de nombreux personnages mais on ne se perd guère, il y a de nombreux événements des joies,des peines,des amours, des trahisons…on vibre totalement avec les personnages que Ken Follett arrive brillamment à rendre « vrai ».

Comme toujours, on apprend et découvre beaucoup sur l’histoire et on s’enrichit souvent des détails.Beaucoup de violence dans cet âge des ténèbres et il faut dire que l’auteur ne fait rien pour enjoliver la réalité historique.Moins d’émotions que ce que j’aurai aimé peut-être mais rien n’a gâché mon plaisir.

Il y a de l’humour parfois dans les dialogues d’Edgar qui maîtrise les traits d’esprits comme personne.Il y a beaucoup de haine et encore plus d’amour.

J’ai rêvé en lisant ce livre, vibrer, j’ai été secoué, dégoûtée, j’ai pleuré, je me suis inquiétée, eu des envies de meurtre.Moi simple lectrice je suis rentrée dans ce roman à tel point que j’avais l’impression à la fin que nos trois compères avaient vraiment vécus mais une vie d’encre et de papier finalement, ils auront différentes vies entre vos mains et cela me réconforte.Ils ne sont pas complètement partit mais ils me manquent déjà …la sagesse d’Aldred,son utopie, sa grande foi m’a beaucoup inspiré…

C’est un très grand roman,une incroyable fresque, une plongée dans le passé.Merci Ken Follett de nous offrir des romans aussi puissant.

Je vous recommande cette vidéo: ICI montrant Ken Follett en Normandie.

Allez-vous lire ce roman?

Avez-vous déjà lu cet auteur d’ailleurs ?

Bonne lecture !

Ma note: ❤️❤️❤️❤️❤️➕➕➕➕➕➕

4 commentaires sur “Le crépuscule et l’aube de Ken Follett-Chronique 2020 #15

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s