Chroniques

Ma rencontre avec toi-Tome 1 de Virginie Imbert-Service presse

Genre:

Romance,young-adult

Editeur:

Librinova

Résumé:

C’est la fin de l’été. Cathie, 18 ans, doit affronter une nouvelle année de terminale,
et tout recommencer lui paraît impossible. Enfant de parents divorcés, elle passait son temps
libre à sortir avec ses amis, mais aujourd’hui, cela lui semble bien loin…
Le jour de la rentrée, elle rencontre Matt, qui vit dans le quartier mal fréquenté où elle doit
travailler. Le jeune homme essaye aussitôt de la séduire. Au collège, il était déjà tombé sous
son charme et c’est pour lui l’occasion de conquérir son cœur. Débute alors une histoire
d’amour où chacun se révèle à l’autre au fil du temps.
Pourtant, tout n’est pas si simple. Entre les études, la famille, les amis, le nouveau couple va
être malmené. Tout paraît les mener à la rupture. Cathie et Matt seront-ils assez forts pour
surmonter toutes ces difficultés et réussir à rester ensemble ?

Extrait :

« Je continue de lui caresser le bras en remontant tout doucement alors que les frissons sur sa
peau n’arrêtent plus.
— Tu regardes mes grains de beauté ? me demande-t-elle surprise.
— Ouais, tu en as plein. Ils sont tout petits et mignons.
Elle me fixe avec une mélancolie que je n’ai encore jamais aperçue chez elle. Ses yeux sont
vides, elle me fait peur. Je déteste la voir comme ça. — Quand j’étais enfant et que je me sentais seule, je m’imaginais que c’était une carte pour
me ramener chez moi dans les étoiles, avec les anges. Si tu regardes bien tu remarqueras
qu’ils forment en escalier. On peut remonter le long de mon bras en les reliant les uns après
les autres, m’explique-t-elle.
La peine dans ses yeux est si puissante que je ne peux pas m’empêcher de la tirer vers moi et
de la serrer fort dans mes bras. — J’ai toujours pensé que je venais d’une autre planète, je me sens si différente de ma famille
et des autres parfois, continue-t-elle. Un jour, quand je partirais de chez mes parents, je me
ferais tatouer une planète sur le haut de mon épaule. Ce sera uniquement la mienne ! Juste
pour me rappeler dans les moments où je me sens seule et perdue que les anges m’attendent sur une autre planète et que je n’ai qu’à patienter pour les rejoindre et trouver la paix, finit-
elle la gorge serrée.
Elle me montre l’endroit où elle pense la faire sur son bras en remontant le long de ses grains
de beauté pour que je remarque la forme d’escalier. Je suis triste pour elle qu’elle ne se sente
pas chez elle dans sa famille. J’aimerais tellement pouvoir l’aider et la réconcilier avec la vie.
Ça me brise le cœur de l’entendre parler comme ça. »

A propos de Virginie Imbert:

Virginie Imbert écrit depuis un an et son histoire est simple. Elle était en panne de
lecture et pour s’occuper quelques jours avant son départ en vacances, elle a emprunté une
trilogie romanesque à sa fille. Lors de cette lecture, elle a découvert un nouveau style
d’écriture et elle a été interpellée. Elle a pensé qu’elle pourrait partager des parties de son
existence par le biais d’un roman avec d’autres adolescents que ses enfants. En un an, elle a
écrit les trois premiers tomes de la saga « Avec toi ». Le quatrième et dernier volet est en
cours d’écriture.

L’avis de Lyane A:

Merci à Virginie Imbert et Librinova. C’est encore un premier roman et surtout le début d’une saga
en quatre tomes que je ne manquerai pas de lire si l’auteur me fait à nouveau confiance.

Au cours des premières pages, j’ai trouvé que l’histoire était d’une simplicité déconcertante et
que j’étais en train de lire une « bluette » à deux sous. Et puis, le charme a opéré.

La vie des deux lycéens, Cathie dite Cat et Evan m’est devenue INDISPENSABLE à suivre.

Chacun devinera le scénario au fur et à mesure de la lecture car nous connaissons tous, les
histoires d’adolescents, mais la pureté de la naissance d’un amour, le mordant de la jalousie
sans cesse renouvelé, les fêtes entre copains, la première fois, sont si tendrement décrits qu’on
se retrouve en adolescence et en toute innocence. Quel bain de jouvence !
Oui, il faut savoir le lire en plongeant dans un océan de vie familiale et simple, d’affres
ordinaires, de petits chagrins existentiels ; on est loin du sordide et de l’introspection souvent
morbide de certaines œuvres. Ici, tout est NORMAL. C’est presque faire œuvre de salut
public que de le donner à lire aux ados.

Il faudrait porter une attention particulière à certains « détails » de la langue française et ce
serait parfait comme friandises au cœur acidulé. Jeunes ou moins jeunes, n’hésitez pas,
plongez dans vos jeunes années, lisez Virginie Imbert.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s