Chroniques

Little nappy d’Hashley Auguste et Audrey Boon-Service presse

Maison d’édition :

Publishroom

Genre:

Jeunesse

Résumé:

Little Nappy vol. 2 met à l’honneur la relation père-fille. Suite à des moqueries à l’école, la petite fée se pose des questions sur l’importance qu’elle a aux yeux du monde et de sa famille. En effet, le harcèlement scolaire est un sujet d’actualité préoccupant aujourd’hui. En France, 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère. Son papa va alors lui expliquer en quoi sa fille est précieuse selon lui. Un très beau dialogue à cœur ouvert entre les deux personnages.

Extrait :

« Tu es précieuse Hashley, parce que tu représentes l’avenir de ce monde ! Je te le dis
souvent, les petites fées d’aujourd’hui sont… » « Les grandes fées de demain, oui je sais. » «
Tu es le futur-féeria. Pour le moment tu es une fée-enfant, mais en grandissant tu deviendras
une grande fée, qui aura un impact dans ce monde. Certaines de tes expériences te laisseront
des traces marquantes et durables. Des bons souvenirs comme des mauvais. Ta maman et moi
devons faire en sorte que tu vives tes expériences dans les meilleures conditions. » Hashley
sourit le cœur plein de joie. »

L’avis de Vanessa:

Merci à Hashley Auguste, publishroom et net galley pour l’obtention de ce service-presse.

Ce livre destiné aux enfants âgés de trois
ans et plus est fort sympathique ! Mon fils
qui à huit ans m’a dit « maman il est trop
cool comme livre ! ».

Je suis du même avis que lui, il est vraiment bien
pour aider l’enfant dans son développement
personnel, l’aider à appréhender la vie. L’entraide
en fait partie, aider ses parents ou ses amis par
petites touches mais qui au font l’éduque de façon
simple et agréable.

Seul petit bémol les
répétitions dans le livre sur deux pages qui se
suivent. Le petit plus par contre est l’écriture qui est
en français et en anglais, cela peut être une façon
douce pour initier l’enfant à la langue de
Shakespeare.

En achetant ce livre à votre enfant,
vous vous assurez qu’il passera un très bon
moment et vous permettra peut être d’apprécier
un coup de main de votre enfant, comme mettre ou débarrasser la table sans rien lui demander mais
juste car il aura lu ce magnifique livre !

L’avis de Marielle:

Pour être honnête, ce livre jeunesse me laisse perplexe.

Après avoir lu le résumé, je m’interrogeais déjà à savoir comment l’écrivaine allait
pouvoir aborder deux thèmes aussi importants que la relation père/fille et le
harcèlement scolaire mais surtout comment elle allait faire le pont entre ces deux
sujets ?

Dès le début de ma lecture, j’ai trouvé la réponse à mes questions. Selon moi,
Hashley, auteure, ne traite ni l’un, ni l’autre sujet. Je m’explique… En quoi la simple
reconnaissance et la confiance d’un père à sa fille justifient que cette dernière ne
sera pas victime de harcèlement ? En quoi être fière de sa différence suffit à ce que
les autres ne s’en servent pas pour faire du mal ? Et surtout en quoi le regard d’un
père qu’il porte sur sa fille suffit à ce qu’elle se sente unique et précieuse aux yeux
de tous. Malheureusement, ce n’est pas aussi simple et croyez-moi j’ai expérimenté
les deux sujets… En tant que femme… Et en tant que mère d’un enfant doublement différent…

Ensuite, je pense qu’il ne suffit pas de créer un personnage féérique et d’insérer des
illustrations dans un corpus littéraire pour qualifier un livre de livre de jeunesse. Mon
propos ne s’attarde pas sur l’esthétique des illustrations car cela reste subjectif. Il
s’agit d’observer que les dessins ne s’introduisent pas dans le texte puisqu’ils ne
traduisent en rien l’histoire. Ils ne servent qu’à montrer Hashley et son père avec des
cœurs… Peut-être cela démontre à quel point ce récit ne permet pas d’être expliqué
par des dessins ?

Pour finir, le choix d’écrire le texte en français et en anglais aurait pu être intéressant
s’il ne s’était pas réduit à une simple traduction. Ainsi, en plus de la longueur et des
redites du texte, on découvre des textes longs en anglais sur lesquels en tout cas
mon attention ne s’est pas portée.

Allant toujours vers la recherche de sens et de
pertinence, je n’ai pas compris la référence à Dieu qui me semble davantage engluer
un propos dans un autre comme si on entrouvrait une porte qu’on refermait aussitôt.
Je dirai donc qu’il est préférable d’aller jusqu’au bout de son idée plutôt que de
l’effleurer surtout quand on a à l’esprit que ce livre est à destination d’enfants plus ou
moins petits.

Je souhaite ajouter un détail important. Après avoir lu ce livre, je me suis dit qu’il n’y
avait pas de meilleur critique pour un livre jeunesse que l’avis d’un enfant. J’ai donc
proposé à ma fille de 7 ans, qui se passionne pour la lecture, de lui lire Little Nappy.

Après seulement la deuxième page, elle m’a dit d’arrêter ma lecture car « on dit
toujours la même chose dans ce livre ». J’ai effectivement remarqué la redondance
du propos de l’écrivaine en plus de me dire que ce livre ne traite ni du harcèlement
scolaire, ni de la relation père/fille. Il a néanmoins le mérite d’aborder un tant soit peu
la différence mais malheureusement selon moi pas comme tente de le véhiculer
Hashley, l’auteure, et non la Little Nappy.

Un commentaire sur “Little nappy d’Hashley Auguste et Audrey Boon-Service presse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s