Chroniques

L’innocence oubliée de Véronique Videau-Martinez -Service presse

Résumé :

Emma n’est pas une petite fille comme les autres. Diagnostiquée EIP à l’âge de six
ans, elle va avoir du mal à trouver sa place dans un monde où élèves et enseignants ne lui
feront aucun cadeau. Posséder un haut potentiel intellectuel : don ou handicap ? La question
mérite d’être posée. Harcèlement et humiliations diverses vont jalonner son parcours sans
oublier des drames qui la marqueront à tout jamais. Elle pourra compter sur l’amour
inconditionnel de certaines personnes pour surmonter beaucoup d’épreuves mais pour
combien de temps ?

Extrait :

« Nathalie voulut faire une surprise à sa fille et elle vint la chercher aux portes du
collège en milieu de semaine. Elle remarqua aussitôt les paupières rougies de son enfant et
son visage fermé.
« – Que s’est-il passé, ma puce ? Tu as raté ton contrôle de maths ?
– Je crois que oui, je n’ai pas eu le temps de terminer le dernier exercice qui était noté sur
douze mentit la gamine
– Ne te mets pas dans cet état. Tu auras peut-être limité la casse ?
– Jai travaillé dur et, je ne sais pas pourquoi, j’ai perdu du temps sur le premier problème !
– Doucement ma chérie. Ne te rends pas malade. Nous savons tous que tu es sérieuse et que tu
t’appliques, tu…
– Arrête, maman ! Tu ne comprends jamais rien ! explosa la môme, hors d’elle
– Pourquoi réagis-tu aussi violemment ? Qu’est-ce qui se passe ? Et c’est quoi ce ton
agressif ? »
Elle n’obtint qu’un silence buté pour toute réponse. Thalie était loin de se douter de l’incident
qui avait marqué la journée de sa fille. En effet, cette dernière avait été surprise en larmes
dans les toilettes par une élève de sa classe, une véritable peste qui s’était empressée de
rapporter la scène à plusieurs camarades qui l’avaient raillée.
« – Alors l’intello, on chiale ? Qu’est-ce qui t’arrive ? T’as eu 19 au lieu de 20 et c’est le
drame, c’est ça ? C’est bien fait ! Tu la ramèneras moins avec ta science Mademoiselle je-
sais-tout. »
Emma les avait fusillés du regard, furieuse. Nullement impressionnés, ils l’avaient toisée,
goguenards. Leurs ricanements lui avaient donné envie de frapper, de hurler mais elle était
parvenue à se contenir et elle avait gagné la sortie d’un pas rapide. »

L’avis de Lyane A:

Merci à Librinova et l’auteure pour ce SP. Lire le premier livre d’un auteur est un privilège et une
responsabilité pour le « donner envie ».

Véronique Videau-Martinez nous livre la vie et ses drames, avec pudeur mais sans rien
omettre des douleurs qui fendent le cœur.

Nous sommes au cœur d’une famille ordinaire, si tant est qu’une famille aussi aimante soit
ordinaire. Il y a une enfant surdouée harcelée, des grands-parents qui souffrent, des parents
qui se battent pour surmonter les affres de certaines journées et un petit frère qui vit en toute
innocence.

La plongée dans les quelques années vécues auprès d’eux nous réserve des minutes terribles
et si l’on aime lire pour trouver du rêve, il faut passer son chemin. En revanche, si vous
voulez connaître la vraie couleur des émotions, je vous assure qu’elles se déploieront devant
vous.

C’est un livre vrai et cruel car relatant au jour le jour ce que peut être la destruction d’un être
jeune et non armé des défenses de l’expérience. Il se lit avec facilité, le vocabulaire est adapté
à une écriture sans coquetterie, le style est direct et maîtrisé.
Un mot pour parler de la couverture qui me semble aussi dure par le visuel et les couleurs que
le texte à l’intérieur.

À mon goût, c’est un excellent premier livre d’un auteur qui écrit sans « esbroufe », au plus
près de son moi profond. Quel qu’en soit le sujet, je serai heureuse de lire le prochain car nul
doute qu’elle ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Mon avis:

Je remercie librinova et l’auteure pour ce service- presse.

J’aime beaucoup la sobriété, la pudeur et la tendresse que dégage la photo de couverture aussi je trouve qu’il s’agit d’un excellent choix.

L’auteure nous propose un livre aussi rare que tendre et beau, la plume est fluide, aérienne et riche on a beaucoup de plaisir à suivre les mots de Véronique.

Le sujet du livre est difficile car la petite fille dont parle le livre est intelligente, douée mais est la cible de toutes les moqueries, des brimades de ses camarades et cela je peux comprendre à quel point c’est extrêmement dur , cette souffrance je l’ai vécu, j’ai subit 12 ans de la maternelle à la seconde le harcèlement scolaire et la noirceur de l’âme humaine est très justement dépeinte sous les mots de l’auteure.

Emma est une enfant à laquelle je me suis attachée,on ne peut qu’être émue à la lecture de cette histoire. On est forcément touchée par ce vécu, par la souffrance de l’enfant et de son entourage.Ils sont tous courageux malgré les épreuves subit.

Il y a hélas beaucoup trop d’enfants ( et d’adultes aussi! ) victimes de harcèlement et les harceleurs trouvent toujours une raison ici l’intelligence précoce d’Emma.

Ce roman chamboule, bouscule, dénonce et ne laisse pas insensible, à lire sans hésiter!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s