Chroniques

Mazel Tov! de Margot Vanderstraeten-Service presse

Résumé :

Dans les années 1990, afin de financer ses études, la jeune Margot Vanderstraeten répond à une petite annonce pour s’occuper de quatre enfants. En se rendant à l’entretien
d’embauche, elle ignore qu’elle s’apprête à entrer dans un monde à des années-lumière du sien.
Pendant six ans consécutifs, elle sera à la fois la gouvernante et la tutrice de la fatrie. Dans
Mazel tov !, elle revient sur cette expérience et offre au lecteur une immersion unique dans la
communauté orthodoxe juive de la ville d’Anvers. Elle qui était athée et vivait à l’époque avec
un Iranien, réfugié politique, s’est peu à peu vue intégrée dans cette  » famille d’accueil  » très
religieuse, respectueuse de traditions séculaires.

Extrait :

« Moi qui avais été pourtant élevée dans la religion catholique, je ne savais pas grand-
chose d’Abraham, de Sara ni des Philistins. Mais je savais que des réfugiés, politiques ou
économiques, étaient prêts à beaucoup de sacrifices pour sauver leur vie.
» Ou cet autre exemple, dit-il comme s’il pouvait deviner mes pensées, la mère de
Moïse qui mit son enfant dans un panier qu’elle posa sur le fleuve ?
J’acquiesçai de nouveau. Je connaissais cette histoire en revanche.
» Ma mère a toujours dit que, le cœur serré, elle avait suivi l’exemple de la mère de
Moïse. Elle ne m’a pas mis dans un panier. Mais j’ai bel et bien été expédié pour ma propre
sécurité vers un autre lieu.
J’aurais trouvé déplacé de dire qu’en fait, cela valait aussi pour Nima, mais je regrettais
que monsieur Schneider n’ait pas l’idée d’y faire allusion.
— Pourtant, ce sang-froid ne vous a pas aidés à mener le combat contre Hitler, ai-je dit.
— Oui. Nous avons sous-estimé la cruauté de l’être humain. Personne n’aurait pu
imaginer que des Européens au XXe siècle soient capables d’actes aussi atroces.
— Êtes-vous jamais retourné voir votre famille d’accueil en Wallonie ? n’ai-je pu
m’empêcher de lui demander aussi.
— Se désengager fait partie du silence nécessaire, répondit monsieur Schneider à voix
basse, en me fixant de ses yeux pleins de larmes : il existe deux sortes de chagrins, gardez
cela en mémoire. Un qui supporte d’être chatouillé. Et un qui est si grand qu’il faut s’en tenir
à distance, même avec des questions en apparence innocentes. »

A propos de l’auteur:

Margot Vanderstraeten est une auteure et journaliste belge indépendante. Elle a déjà publié de nombreux romans. Mazel Tov !est son premier livre publié en France.

L’avis de Lyane A:

Un après-midi d’automne et un titre qui m’interpelle : Mazel Tov !

Je remercie Net Galley et les Presses de la Cité pour m’avoir permis de découvrir ce livre dès
sa sortie. J’ai ressenti le choc des cultures dès les premières lignes.

Le ton est donné par la couverture qui ne me laisse pas indifférente et que je juge après lecture
complètement adaptée au monde qui nous est décrit. Quel est-il ? Qu’est le monde des juifs
orthodoxes, ghettoïsé par leur volonté déterminée, et qui embrasse toutes les nations ? J’avoue
n’avoir jamais cherché à le découvrir car se résumant, pour moi, au passé, à l’horreur et à la
culpabilité. L’occasion m’a été donnée de vivre, par auteur interposé, la vie d’une famille des
années 1990 ; j’ai foncé et je n’ai pas été déçue !

Quel brio dans le déroulé des actions ! Quelle perspicacité dans le choix des témoignages !
Quelle qualité dans l’accompagnement du libre arbitre du lecteur ! Quelle prouesse de décrire
sans juger !

J’ai suivi Margot dans les entrelacs des certitudes juives et certaines règles frisant le ridicule,
ses interrogations face aux situations ordonnées, ses envies de faire néanmoins partie de ce
monde sans frontières. Tout au long du livre, elle nous fait vivre les émotions partagées avec
la famille juive qui l’a accueillie et lui a donné sa confiance pour l’éducation des quatre
enfants. De leur adolescence à leur vie d’adulte, nous les regardons vivre, grandir, fonder une
famille et tout ceci dans un mélange d’environnement codifié et d’esprit ouvert sur leurs
besoins personnels.

C’est un livre qui m’a séduit et que je conseille. Il est bien écrit, bien documenté, contient de
belles phrases telles que : elle s’était débarrassée de sa noirceur ou je ne comprenais pas
cette attirance pour des mœurs bibliques. Je ne saisissais pas pourquoi des gens se rendaient
la vie si difficile.

En lisant, j’étais au cœur des réseaux d’aujourd’hui, je les découvrais à l’intérieur des vies
normales, j’en percevais la force, je comprenais que tout intégrisme religieux abrite en lui la
part du diable.

Ce livre ne quittera pas mon esprit ; il est fait de respect et de tolérance, il prône le bien-vivre
ensemble. Un livre qui interpelle. Un bon moment autour de la liberté d’être.

C’est un best-seller dans les pays voisins ; il va le devenir en France.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s