Chroniques

Au début il y avait Ève de Esteban Pohier-Service presse

Résumé :

Née sous X à Colmar, la jeune Marie Strebler tente de s’épanouir tant bien que mal dans sa famille d’adoption. Marquée à huit ans par la perte prématurée de sa deuxième maman, elle doit subir la présence d’un père colérique qui n’éprouve aucun amour pour elle… Il y a aussi cette lettre au contenu si important qu’il la garde secrète, bien que celle-ci lui soit destinée… Peut-on s’écarter d’un destin tout tracé ? Peut-on voler l’agréable vie d’une autre ? Peut-on vaincre ses propres démons ? Marie va essayer…

Extrait :

Elle retrouva sa chambre vers une heure trente du matin, enfila une chemise de nuit et se coucha. Relaxée après une heure de jardinage, elle allait dormir comme un bébé… Ses yeux se fermèrent, son cœur ralentit, elle succombait lentement au marchand de sable… La lettre… Cette écriture à l’encre bleue, cette écriture si féminine. Marie se redressa d’un coup et alluma sa lampe de chevet. Cette missive prenait tout à coup une importance nouvelle et elle se leva pour ouvrir le tiroir de la commode où elle avait placé la lettre. Oui, cette écriture n’était pas celle de son père. Elle se saisit de l’enveloppe, s’assit sur le bord du lit et l’ouvrit. Des larmes apparurent dans ses yeux dès la lecture des premières lignes… écrites par sa défunte mère adoptive, peu avant sa mort :
Ma Marie que j’aime tant,
À huit ans, tu es déjà une grande fille en âge de comprendre les choses. Hélas, dans mon état, je n’ai plus la force de parler ni d’affronter ton regard. Mais avant que la maladie ne m’emporte, je dois te dire ce que tu es en droit de savoir. Ton père et moi ne pouvions avoir d’enfant ; je ne pouvais avoir d’enfant.

A propos de l’auteur :

Né en 1977, féru de lecture, Esteban Pohier a attendu sa quarantième année pour écrire son premier ouvrage. Originaire du Pas-de-Calais, il n’oublie pas pour autant ses racines alsaciennes et belges.

L’avis de Lyane A:

Je remercie ECHO Editions,l’auteur et simplement pro pour leur confiance.

Le roman policier n’est pas ma « tasse de thé » mais j’aime m’approcher de ce que je n’achèterais pas. En cela, chroniquer du SP est un vrai plaisir.

Donc, je me suis laissé séduire puis vampiriser, très lentement au début mais cela correspond à la montée en puissance de l’action, par les personnages d’Esteban POHIER, surtout Marie et Daria… ou Daria et Marie ? Vous comprendrez mon interrogation quand vous serez en immersion !

Au cours de la nuit, car je n’ai pas pu laisser le livre avant de connaître le tueur, j’ai donc suivi le parcours parallèle des deux sœurs et celui du séduisant mais désespéré lieutenant Luc Verhaeghe durant les quelques jours qui scelleront leur destin.

Des rencontres, de la séduction mais contrairement à d’autres l’auteur n’a pas voulu user de scènes de sexe cru et cela permet de faire de ce livre un vrai thriller psychologique.

Malgré le titre qui ne me paraît pas refléter l’intensité de ce thriller, laissez-vous happer et vous saurez enfin qui est Eve.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s