Chroniques

Conte de la lune et de la terre de Héloïse Dalle-Service presse

Résumé:

Année 2076, New York

Dans des circonstances mystérieuses, la Lune a parcouru la moitié de la distance qui la séparait jadis de la Terre, provoquant un cataclysme terrible et sans précédent. Dans ce qui reste de l’université des sciences de Manhattan, un jeune garçon, Julius, survit comme il le peut sous la tutelle bienveillante de la vielle Madame Johnson et des quelques scientifiques qui continuent de faire vivre les lieux et recueillent les enfants abandonnés, comme lui. Les jours sont mornes et se suivent. Pourtant, quand Julius découvre une oasis de verdure cachée au milieu de la ville envahie de débris, de terribles événements s’enchaînent à un rythme infernal et c’est tout son univers qui s’écroule. Accompagné de son professeur préféré, le très étrange et légèrement toqué Pr Mortimer Abbot, Julius ce lance à corps perdu dans un voyage périlleux au cours duquel il fera face non seulement aux dangers de la nature déchainée, mais également à celui, plus menaçant et plus traitre encore, d’un ennemi tapi dans l’ombre.

Extrait:

Le bruit venait de partout. De gauche, de droite, d’au-dessus de sa tête. Même le pont du navire tremblait sous ses pieds et semblait émettre un grondement sourd. C’était la chose le plus fantastique qu’il ait jamais entendu. Il était sur la plus grande barque du monde et l’océan était bel et bien la rivière la plus belle et la plus folle dont tout homme puisse rêver. L’eau s’étalait à perte de vue, à peine éclairée par les rayons argentés. Les marins se bousculaient dans tous les sens, parlant fort sans le regarder et sans prêter attention à toute cette étendue merveilleuse, lisse comme un miroir.

Ils avaient toute leur attention dirigée vers les deux grandes cheminées de métal qui crachaient une fumée pâle en direction du ciel, comme pour créer des nuages. Julius se demanda s’ils essayaient de masquer la Lune. Parce que si c’était cela, ça ne fonctionnait pas du tout. Elle était toujours là et il faisait toujours aussi noir, et ça, assurément, quelques nuages de plus n’y changeraient rien.

Il posa la main sur la manche d’un marin qui passait près de lui.

– Dîtes, Monsieur, pourquoi est-ce que vous vous embêtez à faire faire des nuages à votre bateau? La lune ne partira pas du ciel pour si peu, vous savez.

L’homme, qui était incroyablement grand et avait des cheveux aussi jaunes que des épluchures de pomme de terre le regarda comme si il était fou.

– Mais enfin petit, tu n’as jamais vu une machine à vapeur, ma parole! s’exclama t’il.

A propos d’Heloise:

Héloïse Dalle est née à Paris en 1995 et a grandi entre la France, le Liban et l’Afrique du Nord.
Passionnée de belles lettres, « Conte de la lune et de la terre: La grande nuit noire » est une première incursion dans le monde de l’écriture et le premier tome d’une saga qui suit son chemin.

Mon avis:

Merci à Héloïse de m’avoir à nouveau permis de chroniquer un de ses livres, je la remercie pour cette confiance ainsi que simplement pro.

Héloïse nous gâte avec ce beau livre d’une grande richesse.La couverture est jolie , un peu trop sombre à mon goût néanmoins.

Le contenu lui est génial, ce conte est de toute beauté.

Le personnage Julius est emprunt de mystère, l’auteure nous donne des informations au fur et à mesure.

Vous ne serez probablement pas tous d’accord mais ce conte a un petit peu de « Petit prince » en lui.

C’est un conte qui apporte beaucoup de réconfort et de rêve, un régal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s