Chroniques

Interview de Vincent Blénet

Présentation de quelques livres de l’auteur:


Il nous hérisse le poil, il fait grincer les dents de ses plus fidèles, il écorche une fois de plus nos certitudes bien-pensantes, jusqu’au premier sang de l’innocence, pas de merci, pas d’oubli, l’Archimandrite nous entraîne ici encore dans les Abysses infinis de ses cauchemars, jeux de rôle, jeux de pouvoir, jeux érotiques amers et contre tous… Il ne restera rien de ses idoles après ce voyage en terres retrouvées, des cendres et de l’encre… L’essence de sa quête, l’encre de la plume incandescente de ce Chevalier sans peur, mais pas sans tourments. Cent fois sur son clavier il a torturé ses phrases, son âme, ses tripes, pour tenter de partager cet Amour espéré, rejeté, bafoué, haï… Cent fois il a tutoyé les étoiles et l’enfer, écartelé et bouillant de colère, cent fois il a livré son corps aux flammes… Des cendres il reste toujours une étincelle. Cela lui suffit. Vincent Blénet vise nos cœurs. Attention ll vise juste.

De feux et d’encres – Vincent Blénet

« Je suis le Roi sans être le méritant de mes privilèges…. »

Dans cette ultime Confession, Vincent Blénet dévoile son Je(u). Né pour être aimé, L’Aimé, il a pourtant chevauché ses Géhennes sans relâche, comme un cow-boy de rodéo électrique dans les flammes du ring médiatique.

Chute après chute, il s’est relevé en souriant, ensanglanté du sang honni de ses victimes, ceux qui ont tout misé sur le paraître et crachent sans pitié sur l’Être de feu, seul rescapé de l’Amour. Son Verbe tranchant ne les a pas épargnés.

Gazhell(e), c’est sa rencontre avec l’Amour. Amour tarifé bien souvent, mais Amour pur pour l’errant. Amour des Mots comme des Êtres, masculins et féminins, Amour de la Chute éternelle et grisante qui met l’esprit en Feu. Le Bien, le Mal, le noir et le blanc, l’ombre ou la lumière, l’Enfer (Hell) ou le Paradis…

L’Archimandrite cherche encore sa voie. Il « triche avec les règlements célestes… », « arpente les Abbayes au son des clochers », « poursuit l’éternité où sa Chute l’entraîne…», mais « Dieu que cette fille est jolie ».

Sait-il qu’il a trouvé le Graal ? Quelle que soit la forme qu’il se plaît à revêtir pour mieux nous rendre sa recherche éprouvante, l’Amour est la Force unique et il l’a enlacée.

Paix à son Âme.

Sur son Arbre de vie, Vincent Blénet a accroché de nombreux fruits, acides et explosifs, gorgés de bruit et de fureur, de Rouge et de Noir. À maturité. Un chemin unique pour un être exceptionnel.

Marie Mary

Gazhell – Vincent Blénet

A propos de l’auteur :

La vie de Vincent a basculé brutalement à l’âge de 16 ans.

À cet âge de l’enfance – celle qui commence avec l’école – il a vécu des traumatismes et des douleurs qui en ont fait un être tourmenté, écorché, marqué à vif par d’ineffaçables souffrances morales.

Il y a bien eu, à cette période de la vie où l’enfant tangue entre deux mondes et que l’on nomme l’adolescence, de petits signes, de ces « bizarreries » mises au compte des « teen » et dont je me reproche encore de n’en pas avoir décelé l’importance et la gravité.

Tout cela, ajouté à des repères masculins mal vécus, a contribué sans doute à développer la maladie dont il souffre, cette bipolarité qui se manifeste par une schizophrénie qui lui a littéralement « volé » son adolescence.

Aujourd’hui Vincent renaît à travers l’écriture, sa catharsis.

Interview :

Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai commencé à rédiger des histoires scénarisées à partir de mes 15 ans.Ensuite j’ai écrit des analyses de films pour un site professionnel decinéma. Puis au fil du temps a suivi l’élaboration narrative avecl’écriture de mon premier ouvrage, intitulé « Je suis Mort en 1999 » publiéchez ‘Mémoires & Cultures’. Aujourd’hui j’ai l’immense honneur d’êtrepublié aux éditions de ‘La Compagnie Littéraire’ à Paris. J’y ai récemmentfait paraître mon quinzième livre « De Feux et d’Encres ».

Pourquoi avoir choisi ce style littéraire ?

J’ai toujours été fasciné, intrigué & passionné par le monde des anges,celui de l’enfer et celui du Paradis. Je suis croyant, non pratiquantdogmatique, et de confession catholique. Ma grand-mère et ma mère ontégalement la Foi. Lors de mon cheminement spirituel, j’ai rencontré desprêtres et une religieuse, qui sont à présent, devenus mes amis. Après ledécès de ma grand-mère, qui était un soutien spirituel très important pourmoi, j’ai eu la chance de rencontrer celle que j’estime être dans ma‘famille de cœur’. Celle qui m’est très chère et très proche confidente.Mais également celle qui fait désormais partie de mes livres. Elle s’appelle Catherine Meylan, elle est Calligraphe et elle a reçu le Prix National Suisse de calligraphies Chinoises en 2016, à l’Université de Genève. Catherine réalise des calligraphies que nous insérons dans mes ouvrages, en guise de chapitres. Catherine m’accompagne spirituellement dans la rédaction religieuse de mes textes.Je suis Gothique dans l’âme, j’aime créer ou peindre, à travers mes pages,les ressentis de l’existence quotidienne, avec ses chaos journaliers, par des émotions. Les anges déchus et quelques séraphins du Ciel sont des éternels angoissés de la vie, comme pour nous-mêmes simples esprits dans la métaphysique.

Quels sont les auteurs, les livres qui vous inspirent ?

Anne Rice, Baudelaire, Shakespeare, Chuck Palahniuk. Après je m’inspirebeaucoup de l’écriture des Artistes musicaux. Souvent je recherche lestextes de chansons (métal ou autres), et j’essaie d’enrichir mes mots afind’étoffer mes ‘maux’. Je n’ai pas fait de grandes études littéraires poussées, je me suis construit doucement, mais progressivement, par mespropres & modestes aptitudes. J’ai beaucoup observé autour de moi leschangements d’époques (codes fashions, mentalités etc…) et c’est entraversant le fil de la vie que j’ai pu développer, voire affiner monvocabulaire littéraire.
J’ai également beaucoup appris avec ma chère maman, Marie-Madeleine. Elleétait directrice commerciale et a longtemps travaillé dans des services depresse. Lorsque j’écrivais mes premiers livres à la main sur des cahiers,elle m’aidait à retaper sur ordinateur, avant que je sois bien plusindépendant dans la rédaction informatisée. Maman m’apprenait à condenserdes passages que j’alourdissais régulièrement. Quelque part maman m’a faitbénéficier d’une formation rédactionnelle et je lui en suis trèsreconnaissant.A côté d’une écriture inspirée par ces immenses Poètes du 19ème siècle,j’aime toutefois exprimer mes révoltes par de l’humour noir sarcastique.Les influences de cette seconde écriture sont, Trey Parker & Matt Stone,auteurs d’une série animée trash intitulée « South Park ». Mais jem’inspire également de l’équipe déjantée de l’émission « Groland »,diffusée sur Canal Plus, ainsi que « Les Guignols de l’Info ».
Récemment j’ai découvert, par le biais des séries, l’immense créativitémajestueuse d’un Auteur Anglo-saxon, Neil Gaiman. Il écrit sur des thèmesqui touchent mon expressionnisme littéraire, car ses romans sont trèsmystiques, ésotériques, humoristiques, captivants et très visuels…

Pouvez vous nous parler de votre roman ?

Dans cet ouvrage j’aborde la question ‘personnelle’, en rapport avec monévolution de vie, La dépression et le blasphème. L’impression d’êtreenfermé dans une prison sans fin, comme un véritable enfer sans issue etsans espoir. J’ai la sensation de représenter un ‘blasphème’, telle unevéritable offense ostentatoire à Dieu, le fait d’être soi-même, êtregothique, écrivain, caucasien avec corpulence, ça fait de moi quelqu’und’exclu et rejeté, limite ‘accusé’ par cette société moderne. Exclu deressentir les joies charnelles avec ces délicieuses Jézabel. Dans lasignification qu’être hors des stéréotypes d’aujourd’hui est un motif pourêtre ‘crucifié’ !!!
Être complètement en décalage avec son époque. Une époque instable,intransigeante, tranchante et insensible à toute forme d’expression autresque celles qui accumulent des ‘Likes’, des ‘Tweets’ et divers rentabilitésmarketing, ou autres ‘Buzz’ lucratifs excessifs. Je dépeins un siècle oùl’humain a démocratisé ‘l’hérésie’. L’argent est devenu un ‘dieu’ qui tuela différence. Le nouveau ‘veau d’or’ c’est le matérialisme à outrance quirenverse toutes les valeurs et fait fi de toutes éthiques. De quoi y perdrela raison et le sens de la Vie, sous toutes ses formes. Désormais l’Hérésie, dont le dieu moderne qu’est l’argent, banalise le péché via paiement paypal, d’où l’expression ‘l’offre & la demande’. Montpellier prison répétitive broie les fragiles. La frustration sexuelle avec les filles, omniprésente, me crucifie. Puis il y a l’histoire de Saint Michel où il raconte, par ma plume, sa mission : préserver les portes d’éden. Combattre ses frères ennemis pour avoir une heure de tendresse sexuelle avec une jolie nymphe du harem d’Aphrodite. Il décrit sa dépressive routine neurasthénique, sans espoir,lassé. Il se sent exclu des joies positives, présentes au royaume de Cana.Survivre dans une existence exécrable. J’ai un peu revisité l’histoire de l’Archange St Michel. C’est un hommage en fiction à tous les portiers deboîte de nuit, spécialement mes potos du Panama. Cette histoire retranscritce que l’on peut ressentir lorsqu’on est privé, frustré et abandonné dansun labyrinthe enflammé par un silence de rigueur, face à l’exigence duquotidien, et ses contraintes.Le titre est également une référence à l’expression « de feu et de sang ».Car le feu est immortel, donc la souffrance l’est aussi pour moi. Mais »feux » avec un x car les deuils que j’ai vécus me hantent et me rongent.Puis « d’encres » car l’écriture est plus que mon oxygène, c’est mon sang, mavie, TOUT !!! Donc la souffrance et l’écriture me caractérisent, commebeaucoup d’autres d’artistes, dont les grands poètes du 19ème siècle.

Il y a un thème que vous aimeriez aborder et un autre que vous n’aborderez jamais ?

Il m’est impossible de faire des polars, des suspenses, ou d’autres longues intrigues complexes. A une époque lorsque j’écrivais des scénarissur plusieurs années, l’un d’eux s’intitulait « Section 19 », j’y avaisconçu une légère intrigue au fur et à mesure de l’écriture de cettehistoire. Heureusement pour moi l’ensemble était cohérent, parce quej’avais peaufiné l’intrigue en fonction de l’avancée des scènes que jerajoutais. J’ai rédigé cette histoire comme une toile d’araignée,progressivement.Ensuite l’univers sur lequel je n’accroche pas est la Science-fiction(futuriste, robots, extra-terrestres etc…). J’adore la poésie et tout cequi touche au fantastique gothique, ainsi qu’au surnaturel mystique.Récemment j’ai pu lire un passage d’un livre de Clive Baker, intitulé « les évangiles écarlates », et j’ai été subjugué par autant de créativitévisuelle. Cet auteur parvient à magnifier une scène terrifiante qui se déroule en enfer par des détails , du très très grand art.J’aimerais écrire de la poésie érotique, me plonger dans une verve séductrice et langoureuse.

Quel est le livre que vous auriez auriez aimé écrire ?

« Entretien avec un Vampire » d’Anne Rice. Ensuite j’adore les œuvres dessinées ésotériques, qui ont d’ailleurs été adaptées à l’écran, comme lefilm « Constantine ». J’aimerais que ma plume ait la saveur des grandslittéraires du 19ème et début 20ème siècle. Être aussi poétique avec ungant de velours sur une incisive de fer, tel qu’ils avaient la majestueuseprestance de le retranscrire, avec autant de raffinement. Toutefois, enplus, j’aime pratiquer quelques ‘Punchlines’ d’un humour cyniquedéconcertant.

Avez vous en dehors de l’univers littéraire d’autres passions ?

J’aime bien faire des enregistrements audio musicaux avec un pote artiste,baptisé ‘ExorVI’ lorsqu’on est chez lui. Nous avons formé un duo appelé‘DHELLBOR’. Nous écrivons chacun nos partitions et nous les enregistrons par le biais de nos cellulaires, le tout sur une instrumentale, avant qu’il s’attèle au mixage et qu’il le diffuse sur YouTube. Heureusement que pour beaucoup d’artistes (de divers expressionnisme), il nous est possible de partager et diffuser nos créations via des outils de communication tel queYouTube & Instagram. Pour moi, ces deux réseaux promotionnels sont des immenses possibilités magiques, car grâce à eux, j’arrive à faire voyager mes écritures à travers diverses frontières.Parvenir à faire publier un nouveau livre est pour moi une immensevictoire, d’autant plus qu’être publié à ‘La Compagnie Littéraire’ est âmes yeux un merveilleux honneur. Mais il est vrai que j’aimerais davantage pouvoir bénéficier d’interviews, articles, etc… Car cela m’aide à apprendre à mieux présenter et évoquer l’ensemble de mes écrits. Les aides promotionnelles sur YouTube, « l’Ami des Auteurs », « Le nouveau Montpellier » et autres Interviews diverses sont comme des cartes de visites qui attestent du sérieux avec lequel j’écris.

Quels sont vos rituels d’écriture ?

J’ai besoin d’écouter de la musique lorsque j’écris. Lors de mesvadrouilles nocturnes en centre-ville, les écouteurs dans les oreilles,quand je m’apprête à écrire via sms sur mon portable, je regardel’environnement où je me situe. Je regarde le crépuscule ou les étoiles,puis les passants (aussi les jolies passantes). L’excès ou la démesure quiest autour de moi. En fonction de mon humeur, je mets une chanson qui seréfère à mon état d’esprit, puis j’écris. Ensuite lorsque que je recopietoutes mes notes sur l’ordinateur, je mets des musiques sur YouTube etj’ajoute mes notes dans un fichier Word, avant de peaufiner le tout.

Imaginez que l’un de vos romans soit adapté au cinéma, qui voyez vous dans le rôle principal ?

Haha, honnêtement ceci est le cadet de mes soucis. J’ai déjà énormément dedifficultés à me faire entendre, écouter, voire à être considéré face à unélitisme tranchant venant de la part de nombreux médias. Alors je ne vaispas chercher à me perdre dans de supplémentaires angoisses réflectives surl’acting people d’un de mes personnages. J’ai perdu de longues années dansdes obsessions à vouloir approcher des stars d’Hollywood à 2 balles, j’y aimême souvent scarifié ma santé mentale dans ces lubies pathétiques &illusoires. D’ailleurs l’hôpital psychiatrique carcéral s’en était servicomme outil pour m’enfoncer davantage dans leurs griffes de bourreaux barbares Freudiens & dans leurs chimies destructives.J’ai préféré par la suite, en évoluant avec ma plume, rechercher une forme d’approbation respectueuse venant de ces autres influences artistiques,lesquelles ont contribué à nourrir mes écritures. Malheureusement pour moi,toutes ces Artistes qui ont eu vent de ce que j’ai réalisé, m’ont sévèrement ignoré et de façon très agressive. Alors aujourd’hui, dans une amertume cynique, j’essaie de survivre avec pas mal de médisances qui gravitent autour de moi. Quelques fois il m’arrive de douter de la qualitéde mon écriture, mais je ne peux vivre sans écrire…A l’heure actuelle, aucun Nom de l’excellence littéraire ou musicale, ouautre ‘noblesse artistique’ n’a daigné reconnaître, voire notifier uncompliment, sur un seul de mes quinze ouvrages publiés.

Avez vous des salons du livre ou dédicaces prévues ?

Oui effectivement, je suis convié au « Salon du Livre et des Arts de Figuerolles » le 22 septembre à Montpellier, manifestation littéraireorganisée par Mr Thierry Arcaix. En Novembre je suis au « Salon duLivre » à Viols-Le-Fort, un village dans la région, c’est un évènementorchestré par Mlle Marielle Beauquier. Le 12 septembre, à Paris, j’airendez-vous à la « Soirée Livres Ouverts » de ma maison d’édition ‘la compagnie Littéraire’.

Quels sont vos futurs projets ?

Actuellement j’ai entamé l’écriture d’un seizième ouvrage, en collaboration avec Mme Régine Fournon-Gohier, qui est une auteure merveilleuse et unerécente Amie que j’estime énormément. J’ai également un projet d’illustration de certains de mes écrits avec un artiste tatoueur, un garssuper et truffé d’idées. Ensuite j’ai rendez-vous avec Mr Frédéric Candian,rédacteur & créateur du média littéraire « l’Ami des Auteurs », lequel promotionne et soutient les écrivains à compte d’auteur. Mr Candian m’ainvité sur la chaîne YouTube « l’Ami des Auteurs » pour parler de mon nouveau livre « De Feux et d’Encres ».Nous sommes nombreux à essuyer des refus incessants de la part des journalistes mainstream, très méprisants à notre égard et très médisants envers l’expressionnisme des écrivains à compte d’auteur. Mr Candian avec« l’Ami des Auteurs » a été et reste encore une merveilleuse et unemagnifique aide pour nous. Il nous ouvre une tribune médiatique formidablequi nous permet de faire connaître et partager, avec professionnalisme, nos écrits.

Un petit mot pour vos lecteurs ?

Je souhaite que mes écritures puissent ‘voyager’ à travers le monde. Quemes livres, eux, puissent trouver leur place au milieu des écrivains, qu’àmon tour je pourrai inspirer d’autres artistes. Que mes écrits puissent évoquer et retransmettre certaines de mes émotions, que j’ai parfoisbeaucoup de difficultés à exprimer, lorsque je vadrouille dans la jungle de cette ‘cour Versaillaise NRJ12’ Montpelliéraine. J’ajoute également qu’ilfaudrait élargir les consciences.Mais sinon je recherche aussi l’attention de nombreuses lectrices. Si j’arrivais à toucher leurs émois et que ma prose fasse frissonner leursedésirs. Que mon écriture soit davantage ‘orgasmique’, un tressaillement érotique, un embrasement des sens en elles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s