Chroniques

Ballade irlandaise (volume 2) de Philippe Thomas-Service Presse

Résumé:

Après le temps de l’espoir vient celui de l’épreuve. La famine menace la campagne et ses habitants. John Fielding affrète un navire et, au mépris des vents contraires et d’une violente tempête, tente de débarquer une cargaison de vivres sur le sol irlandais.
Pendant son absence, le cottage de la famille Fitzgerald brûle et la belle Kathleen disparaît. Lancé à sa recherche, John verra son destin vaciller lorsque, mêlé malgré lui à la révolte des « Invincibles », il assiste à la prise de l’hôtel de ville de Galway par les insurgés. Pris dans la tourmente des charges de cavalerie, sous le feu d’un régiment de fantassins anglais, saura-t-il éviter le sort de ses compagnons ?
Entre mort brutale et déportation, la plupart d’entre eux connaît une fin tragique ; en effet, ceux qui n’ont pas versé leur sang dans les rues de la ville sont embarqué, après un procès expéditif, sur un bateau-prison à destination de l’Australie. Et si d’aventure l’un ou l’autre tente une évasion, c’est pour connaître le sort des naufragés volontaires livrés au hasard des flots.
La réussite dédaigne l’adversité : à côté des douleurs publiques, la vie mondaine suit son cours comme si de rien n’était, allant de fêtes en mariages fastueux au moyen desquels les familles en vue renforcent leur puissance au mépris des aspirations individuelles et en sacrifiant de manière cynique tel ou tel de leurs membres. Pourtant, la peine et le malheur finissent par les atteindre au moment où ils y pensent le moins et, sans prendre garde à leur état privilégié, leur infligent de cruelles expiations.
Dans ces bouleversements étranges, les caractères se révèlent et ceux qu’on croyait faibles ou vains prennent, au fil des évènements, une dimension inattendue.
Et puis, du fond de cette sinistre tour de Dungaire où gît un mourant, une étincelle jaillit, de celles qui peuvent allumer – qui sait ? – une brindille de bonheur.

Né près de Besançon, vieille ville espagnole, le siècle ayant cinquante et un ans, Philippe THOMAS éprouve très tôt un goût littéraire contrarié comme bien d’autres par les obligations de la vie et les nécessités alimentaires, dévoreuses de vocations.
Le prosaïque l’emportant pour un temps, il écarte les Lettres au profit du Droit, hante plusieurs administrations et fréquente les cercles du pouvoir local.
L’existence ayant pourtant sa morale, comme la fable, il finit par retourner à l’écriture et à s’y consacrer à plein temps: les Lettres ont toujours le dernier mot.
Il s’est fait une spécialité du roman historique dans la période comprise entre la Révolution française et le milieu du XIXème siècle.
Il est l’auteur de dix volumes dont une trilogie sur les grandeurs et misères des corsaires bretons sous l’Empire.
S’il n’est pas de la force d’un Hugo ou d’un Balzac dont il fréquente les bancs de la même école, il louche néanmoins du côté de leur copie et s’efforce d’imiter leur style.
Il ne néglige pas pour autant les auteurs d’Outre-Manche et, le temps d’une histoire écrite à sa manière, a suivi les pas de Jane Austen.

Mon avis:

J’ai chroniqué il y a quelques temps le premier tome que j’ai adoré, et bien ce deuxième tome est encore meilleur.Avec les livres de Solène Bauché et Mireille Calmel, la saga de Philippe Thomas est un énorme coup de coeur de cette année dans la catégorie roman historique, je pense que Philippe à dans sa plume quelque chose des grandes auteures comme Jane Austen et les soeurs Bronté.Cette capacité à écrire de grands chefs d’oeuvres dramatiques, poétiques et inoubliables.Comme ces grands classiques que j’aime tant, je ne pense pas pouvoir m’empêcher de les lire,relire ses deux romans encore et encore.

Philippe est un auteur inspiré et inspirant qui a su me faire voyager comme personne,j’ai tellement hâte de découvrir d’autres romans!

Je ne peux souhaiter à cet auteur fabuleux qu’un très grand succès et à ses lecteurs un très beau voyage dans le temps.

photo d’illustration de « All things Jane Austen »

La chronique du Tome précèdent se trouve ICI et le lien d’achat se trouve LA .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s