Chroniques

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Voici la dernière chronique de ma semaine coup de coeur mais il y en aurait d’autres que j’aurai voulu ajouter mais j’ai joué le jeu en ajoutant un livre pour chaque jour de la semaine, j’aurai aimé ajouté « Le silence de la mer » de Vercors, les livres des soeurs Bronte,Jane Austen,Ken Follet,Victor Hugo…

Résumé:

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey , découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

Extraits:

Lily James in DEINE JULIET

C’est ce que j’aime dans la lecture. Un détail minuscule attire votre attention et vous mène à un autre livre, dans lequel vous trouverez un petit passage qui vous pousse vers un troisième livre. Cela fonctionne de manière géométrique, à l’infini, et c’est du plaisir pur.


Passer le restant de mes jours avec un être à qui je n’aurais rien à dire, ou pire, avec qui je ne pourrais pas partager de silences ? Je n’imagine pas d’existence plus solitaire.


Toute ma vie, j’ai cru que l’histoire se terminait quand le héros et l’héroïne annonçaient leur mariage. Et, après tout, ce qui est bien pour Jane Austen devrait suffire à tout le monde. Mais c’est faux. L’histoire est sur le point de commencer, et chaque jour sera un nouvel élément de l’intrigue.

Peut-être les livres possèdent ils un instinct de préservation secret qui les guide jusqu’à leur lecteur idéal. Comme il serait délicieux que ce soit le cas.


J’adore faire les librairies et rencontrer les libraires. C’est vraiment une espèce à part. Aucun être doué de raison ne deviendrait vendeur en librairie pour l’argent, et aucun commerçant doué de raison ne voudrait en posséder une, la marge de profit est trop faible. Il ne reste donc plus que l’amour des lecteurs et de la lecture pour les y pousser. Et l’idée d’avoir la primeur des nouveaux livres.


Ma chère Juliet.
J’ai moi aussi le sentiment que la guerre n’est pas terminée, par moments. Quand mon fils Ian est mort aux côtés de son père, à El-Alamein, les gens qui me présentaient leurs condoléances ajoutaient souvent : « La vie continue », pour me réconforter. Quelle bêtise, me disais-je. Bien sûr que non elle ne continue pas. C’est la mort qui continue. Ian est mort et il sera encore mort demain,I ‘année prochaine, à jamais. La mort est sans fin. Mais peut-être y aura-t-il une fin à la tristesse. La tristesse a englouti le monde comme les eaux du Déluge, il faudra du temps pour qu’elle reflue. Mais, déjà, on peut distinguer des îlots… D’espoir ? De bonheur ? d’une chose de cet ordre-là. en tout cas.
Au début je n’avais aucune envie d’assister à des réunions littéraires. Ma ferme me donne beaucoup de travail et je n’avais pas de temps à gaspiller à lire des choses que des personnes qui n’ont jamais existé n’ont jamais faites.
C’est agréable de rentrer à la maison le soir et d’y trouver une lettre de vous.

Mon avis:

Ce livre est le premier roman épistolaire que j’ai lu, j’ai énormément aimé l’histoire, ces lettres échangées, l’amour de la littérature,un secret bien gardé, la seconde guerre mondiale…le résultat est l’un des plus beaux romans que j’ai eu l’occasion de lire et qui a provoqué un énorme engouement, il suffit de jeter un oeil sur booknode, babelio ou goodreads pour le vérifier!
Un film a été adapté et il est absolument magnifique, si vous etes allergique aux romans épistolaires alors regardez le film car cette histoire vaut tellement la peine d’être connu, c’est original, plein d’émotions, de secrets…une belle histoire tout simplement!
A lire ou regarder en dégustant une tarte aux épluchures de patates…ou pas

Un commentaire sur “Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s