Chroniques·Cinéma

Dans la maison de l’autre de Rhidian Brook/ Film « Coeurs ennemis »

Résumé:

Hambourg, 1946. Le colonel Lewis Morgan est chargé d’opérer la  » dénazification  » et la reconstruction de la zone dévastée. Logé avec sa famille dans une splendide villa réquisitionnée, il offre aux propriétaires – un architecte allemand et sa fille – de rester. Mais dans ce huis clos oppressant, la haine qui les oppose laisse bientôt place à un sentiment plus dangereux encore… Dévoilant une période méconnue de l’Histoire, Rhidian Brook conte avec élégance ces vies minuscules et la complexité des êtres. Un récit magnifique et troublant, vibrant d’humanité.

« Avec une sobriété de mise, Brook excelle dans l’évocation d’un hiver d’une dureté implacable, d’une époque oubliée. Voilà un roman qui donne à réfléchir… » The Times

Traduit de l’anglais (UK) par Gabrielle Merchez et Frédérique Daber.

Extraits:

Ils s’attendent à cette réquisition. Vous n’avez qu’à visiter les lieux avant de les mettre dehors. Je ne pense pas que vous serez déçu, mon colonel.
Et eux, capitaine, vous pensez qu’ils le seront ?
Eux ?
Les Lubert. Quand je les mettrai dehors.
On ne leur laisse pas le luxe d’être déçus, mon colonel. Ce sont des Allemands.
Evidemment. Suis-je bête.

La douleur vous appartenait en propre, l’avoir en partage ne la diminuait en rien.


Ils disent qu’il ne faut pas fraterniser avec les Allemands. Qu’est-ce que ça veut dire ?
Ca veut dire… être aimable. Ca veut dire que nous ne devons pas les fréquenter.
Edmund réfléchit quelques instants.
Même si c’est quelqu’un qu’on aime bien ?
Nous n’aurons rien à voir avec eux, Ed. Tu n’auras pas besoin de t’en faire des amis.

Ce livre est dans ma pile à lire depuis deux ans et je n’ai pas encore prit le temps de le lire mais après avoir vu le film, je n’ai qu’une envie le lire pour retrouver les émotions de ce sublime film dont je vous parle ci dessous

Synopsis:

Hambourg, 1946. Au sortir de la guerre, Rachel rejoint son mari Lewis, officier anglais en charge de la reconstruction de la ville dévastée. En emménageant dans leur nouvelle demeure, elle découvre qu’ils devront cohabiter avec les anciens propriétaires, un architecte allemand et sa fille. Alors que cette promiscuité forcée avec l’ennemi révolte Rachel, la haine larvée et la méfiance laissent bientôt place chez la jeune femme à un sentiment plus troublant encore.

Citation:

Lewis:

Ce n’est pas la guerre qui fait de nous des hommes (…) Je me demande ce que penserait ma femme si elle savait

Mon avis:

Voilà un film que j’ai vu il y a trois jours mais que j’irai revoir sans hésiter, il y a des films comme des romans que l’on oublie pas .

Keira Knightley est une de mes actrices favorites, elle use ici de tout son charme et l’alchimie fonctionne parfaitement avec Alexander Skarsgard.

Rachel a perdu son petit garçon dans un bombardement et depuis, elle survit et semble ne plus avoir goût à la vie même si elle tente de ne pas le montrer, son arrivée en Allemagne et sa solitude la replonge dans ses tourments, elle glisse peu à peu dans la dépression.

Lewis est un soldat certes mais un homme plein d’humanité qui essaie de faire son travail du mieux possible, il ressent que son épouse lui échappe et comme elle il tente de cacher sa souffrance et il ne s’avoue pas qu’il n’arrive pas à faire son deuil.

Le couple tente donc de s’acclimater à cette nouvelle maison (manoir serait plus approprié) , à ses domestiques et surtout à ses propriétaires.

C’est d’ailleurs très intéressant d’explorer cette occupation là car si on évoque souvent l’occupation des Allemands, on parle peu de l’occupation en Allemagne, tout aussi éprouvante par les vaincus qui j’insiste, n’étaient pas tous des nazis!

Stephan est donc  » l’ennemi », « l’Allemand » qu’il faut éviter, un homme discret qui tente de se remettre de la mort de sa femme dans un bombardement, il porte les mêmes cicatrices que le couple Anglais qui s’installe chez lui, ils tentent de se comprendre, de s’apprécier mais il existe bien sûr cette barrière invisble qui empêche ces gens si proches et pourtant si différents de devenir amis.Stephan à une fille Freda, rebelle qui éprouve une haine féroce pour les étrangers qui lui ont volé sa vie d’avant, sa maman, sa maison, sa vie… elle n’a pas de bonnes fréquentations et ne tombe pas amoureuse de la bonne personne.

Ce film m’a rappelé deux autres films brillants ( adaptés également de romans!) ou Keira Knightley a joué des rôles similaires avec la même virtuosité : « Anna Karénine » et « The duchess » .

Retournons au film donc, l’absence de Lewis facilite le rapprochement entre Rachel et Freda et évidemment celui entre Rachel et Stephan.

Rachel change son entourage s’en aperçoit au fur et à mesure que sa relation avec Stephan s’intensifie, elle retrouve la joie de vivre et retrouve le sourire, ils s’aiment, ils se rendent heureux l’un et l’autre mais il demeure un obstacle: Lewis…

Je vous encourage clairement à aller voir ce sublime film et ne faites pas comme moi, lisez vite ce roman !

D’ailleurs si une lecture commune vous tente, je suis partante! Je vous recommande également de voir en dvd les deux autres films cités dans cette chronique.

Ce n’est pas un film à l’eau de rose, c’est beaucoup plus subtil que cela, il y a beaucoup de profondeur dans ce film pour qui veut bien le voir, il faut regarder ce film avec ses yeux et son coeur pour en saisir toute la beauté

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s