Chroniques

La dernière reine de Philippa Gregory et en avant première « Reines de sang » (à paraitre en Juillet)

Résumé:

« Il veut que je meure. L’unique raison pour laquelle il m’accuse d’un crime passible de la peine de mort est qu’il veut me tuer. Henri, qui a fait exécuter deux de ses femmes et qui attendit qu’on lui annonce la mort de deux autres, entend désormais me faire subir le même sort. »

À trente et un ans, Catherine Parr est une jeune veuve et vie l’idylle parfaite avec Thomas Seymour. Mais lorsque Henri VIII, le souverain d’Angleterre qui a conduit quatre de ses femmes au tombeau, l’invite à l’épouser, elle doit se résigner à un choix qui n’en est pas un. Brillante et indépendante d’esprit, elle est une cible toute désignée pour ses adversaires politiques qui l’accusent d’hérésie, crime puni par le bûcher et dont l’ordre d’exécution est signé… par le roi. Catherine devra déjouer les pièges de la Cour si elle veut un jour retrouver son amant.

Auteure à la renommée internationale, Philippa Gregory est reconnue comme la maîtresse du roman historique.

« Ce roman rend justice au tour de force accompli par Catherine Parr tout en faisant le portrait d’une femme intègre et sensible qui apprend à survivre aux dangers de la vie de cour. » Historical Novels Review

« Philippa Gregory s’y entend pour faire grimper la tension de l’intrigue et le suspense. » Booklist

Extrait de la série « The Tudors »

Extraits:

Il t’a fait mal ?
Oui, réponds-je.
Volontairement ?
Oui.
Mais il t’a pardonné ?
Il a voulu briser mon indépendance d’esprit, et je pense qu’il a réussi. Ne me pose plus de questions, Nan.


Je prends grand soin de ne pas me montrer hardie ni fière de mon savoir. Ce n’est pas difficile : plus j’apprends, plus j’acquiers la certitude qu’il me reste beaucoup à apprendre.


Je voulais qu’ils connaissent le fond de ma pensée, explique-t-il. Il importe qu’ils aient la conscience en paix. Je pense pour eux. Je décide à leur place. Il est normal qu’ils sachent ce que je pense. Comment feraient-ils pour s’orienter dans la vie autrement? Comment feraient-ils leur salut?

Mon avis:

Un roman magnifique sur la courageuse, intelligente, brillante Catherine Parr, sublime dans son écriture autant que dans le suspens et les faits historique beaucoup plus fidèle à la réalité que les autres romans.
j’aurai réellemnt aimé qu’une série soit adapté de ce roman!
Catherine Parr était une femme extrémement intruise et a même écrit des livres.
Cette femme dont le roi est tombé amoureux n’a pas eu le choix que d’accepter d’épouser un tyran qui a fait éxécuter deux épouses, et fait mourir deux autres par négligence, elle a malgré tout été une épouse dévouée et surtout une mère pour Marie,Elizabeth et Edouard.
Alors que pendant tout ce temps elle en a aimé un autre, j’ai une profonde admiration pour elle.
Il faut absoument lire ce roman, on peut dire que j’ai gardé le meilleur pour la fin de cette semaine spéciale Philippa Gregory sur le blog

Reine de sang

Voilà la petite surprise, un véritable bijou va paraître en Juillet (le 3 précisément) aux Editions MILADY, l’adaptation Française de « The last Tudor » , je connais déjà l’histoire, je ne vais donc pas faire de chronique mais vous parler du roman.

« Il semble que je vivrai et mourrai en prison pour avoir commis le crime de me marier avec mon amant, seulement parce qu’Elisabeth n’a pas pu épouser le sien. C’est le degré ultime de la jalousie. Qui amène à un destin funeste. Et je crains de ne trouver la délivrance que dans l’au-delà. Digne de ses aïeux, elle invoque la mort partout où elle passe. Sa sœur a tué ma sœur. Elle mettra fin à mes jours. Cela ne peut se terminer que dans la mort : la mienne ou la sienne. »

Jane, Catherine et Mary Grey sont trois sœurs qui ne souhaitent rien d’autre que profiter des beautés de ce monde, de leur jeunesse, et de trouver l’amour. Mais leur héritage royal font d’elles des cibles aux yeux de leurs cousines : Marie et Élisabeth qui se partageront successivement la couronne d’Angleterre et redoutent plus que tout de la perdre.
Chacune d’entre elles est cependant déterminée à prendre les rênes de leur propre destin pour être la dernière Tudor même si cela signifie risquer sa vie et vivre ses derniers instants à la Tour de Londres. Dans ce jeu de pouvoir, qui sera la dernière Tudor ?

Cinq héritières présomptives, cinq femmes pour perpétuer la lignée des Tudor.
Une lutte de pouvoir sans merci.

« Impossible de nier qu’elle est la meilleure dans son domaine. » – Associated Press
« Elle raconte l’Histoire comme personne. » – Sunday Telegraph
« Philippa Gregory excelle toujours. » – New York Post
« Philippa Gregory fait autorité dans le roman historique. » – RT Book Reviews

Vous allez vous ré-ga-ler! Un bon conseil, précommandez le!

La couverture est divine

En savoir plus sur Catherine Parr:

Catherine Parr (ou Parre) (1512 – 5 septembre 1548), fut la sixième et dernière épouse de son troisième mari, Henri VIII, qu’elle épousa en 1543, succédant Catherine épousa Henri VIII le 12 juillet 1543 au château de Hampton Court. Ce fut la première reine consort d’Angleterre à posséder le titre de reine d’Irlande, après l’adoption par Henri du titre de roi d’Irlande. En tant que reine, Catherine fut en partie à l’origine de la réconciliation d’Henri avec ses filles (déclarées illégitimes) de ses deux premiers mariages, qui deviendront toutes deux reines par la suite, Marie et Élisabeth grâce au Troisième Acte de Succession de 1543. Elle développa également une bonne relation avec le fils d’Henri, Édouard, plus tard Édouard VI d’Angleterre. Quand elle devint reine, son oncle le baron Parr d’Horton (en) devint son Lord Chamberlain.

Pendant trois mois, de juillet à septembre 1544, Catherine fut désignée reine régente par Henri alors qu’il participait à son ultime et infructueuse campagne en France. Grâce à son oncle, qui avait été nommé membre du conseil de régence, et au soutien de ses conseillers Thomas Cranmer et Édouard Seymour, premier comte d’Hertford, Catherine dirigea effectivement le pays. Elle contrôla les provisions, les finances et le rassemblement pour la campagne d’Henri en France, signa cinq proclamations royales, et maintint un contact constant avec son lieutenant des Marches du Nord, le comte de Shrewsbury, afin de contrôler la situation complexe et instable en Écosse. Ses actes en tant que régente, sa force de caractère et sa dignité, puis plus tard ses convictions religieuses, influencèrent beaucoup sa belle-fille Élisabeth Ire.Un ordre d’arrestation fut édicté contre elle, mais elle réussit à se réconcilier avec le roi . Instruite, spirituelle et habile, elle triompha des défiances du roi. Elle était certainement une femme intelligente qui ne dut son salut qu’à son adresse. Glissant à travers le « fouet à six queues » (Acte des six articles de foi), elle réussit à devenir la veuve d’Henri VIII en 1547.

Cette semaine spéciale Philippa Gregory a été réalisé pour mon plus grand plaisir ( et j’espère le vôtre) en l’honneur de la nouvelle série inspirée de ses romans « The Spanish princess » si vous n’avez pas la chance de pouvoir la regarder, découvrez la bande annonce:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s