Chroniques·Série

The red queen de Philippa Gregory

Quatrième jour et quatrième livre de cette semaine spéciale Philippa Gregory à l’occasion de la diffusion de la série « The Spanish Princess », »The red queen » est le troisième livre qui fait partie de l’adaption de la série « The white queen » mais j’ignore pourquoi, il est le seul à ne pas avoir été traduit en Français mais maintenant que Milady publie les romans de Philippa Gregory , cela va peut être changé.

Résumé:

We may all be cousins; but they are of the House of York and we are of the House of Lancaster. Never forget it! 1453. Heiress to the red rose of Lancaster, Margaret Beaufort is a strikingly pious child. Saints’ knees her stigmata, she has a fierce and unwavering sense of destiny: if not a nun, then she’ll be Queen of England and sign her name Margaret Regina: Margaret R. Still a girl, Margaret is sent to a loveless marriage in remote Wales. There, she gives birth to a son whom she names for the King, her cousin, Henry VI of England, who is sinking into madness. Determined to put her Henry on England’s throne, regardless of the overwhelming power of the York dynasty, she sends him into exile and pledges him in marriage to the daughter of her enemy Elizabeth Woodville. Meanwhile, devoted in her belief that her House is the true ruler of England, Margaret feigns loyalty to the usurper King Richard III and masterminds one of the greatest rebellions of all time.’A rattling good read’ The Times’Fascinating … [a] compulsive tale of dynastic deviousness’ Marie Claire’Gregory makes history come alive … a riveting novel’ Sunday Express

Mon avis:

Ce roman met en avant Margaret Beaufort, la mère de Henry Tudor.Dévouée à son fils et à sa foi, Margaret n’a qu’une seule ambition: faire de son fils le roi d’Angleterre en évinçant Edward IV.La rivalité entre les maisons Lancastre et York faisant rage, elle ne recule devant rien et finira même par unir ses forces avec Elizabeth Woodville, sa pire ennemie.

Dans le roman et la série, Margaret Beaufort est persuadée d’être la favorite de dieu sur terre, une sorte de prophétesse à la limite de la folie je pense que cette femme, comme la plupart des femmes de son époque d’ailleurs a supporter de terribles épreuves .

Pour moi c’est le meilleur des romans de cette saga, Margaret Beaufort est à ce jour toujours soupçonnée d’avoir tué les deux princes héritier d’Edward IV et Elizabeth Woodville alors qu’ils n’étaient que des enfants.

A savoir…

Marguerite Beaufort (31 mai 1443 – 29 juin 1509) est la fille de Jean Beaufort et de Marguerite Beauchamp (morte en 1482) et nièce d’Edmond Beaufort, l’un des derniers commandants anglais de la guerre de Cent Ans. Elle est la mère du futur Henri VII d’Angleterre, son unique enfant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s