Chroniques

Iggy Salvador d’Antoine Zebra-Service Presse

Résumé:

« La première fois que je l’ai vu, il était à poil, perché sur sa table de DJ, torse nu et pantalon baissé, les bras levés en signe de victoire, visiblement ravi d’arborer fièrement sa tige devant 5000 personnes. Mon voisin était hilare. Il le trouvait sûrement ridicule, à juste titre. Moi aussi, j’aurais dû, mais non, au contraire, je lui trouvais même une certaine classe. Oser faire ça sur la grande scène, avant l’arrivée d’Iggy Pop, le roi du déballage de paquet, putain quel cran ! »

A travers le personnage d’Iggy Salvador, DJ rock exhibitionniste et membre du Pirate Music Club, Antoine Zebra raconte l’émergence du mouvement artistique le plus innovant des années 2000, dans les clubs de Paris, Londres et San Francisco, et jusqu’au tribunal.

Mais tout ceci était-il bien réel ?

Ce livre ne serait-il pas plutôt un BooKleg ?

Extrait:

À la fin du concert, je l’ai perdu de vue. Il s’était envolé, l’oiseau. Merde, je voulais lui payer un coup, et… HEY, c’est LUI ! Il était remonté sur scène, toujours aussi goguenard, face au public encore surexcité par la déflagration punk-rock qui venait de s’abattre en plein cœur du 91. Pendant qu’une équipe technique lui réinstallait son kit d’ambianceur, il s’agitait en devant de scène, il haranguait, il faisait tout pour capter l’attention en attendant qu’on lui ouvre le son. Puis il a rejoint ses platines, dans le coin gauche de la scène, et il a envoyé Are you gonna be my girl de Jet. Cette fois, il avait tapé dans le cinq mille. Le public a clamé sa joie, place au rock’n’roll nightclub !
Sa playlist était impeccable : The Strokes, The Clash, The Libertines, Queens Of The Stone Age, et aussi des mixes incroyables entre des chansons complètement différentes.
Des bootlegs.

Mon avis:

Je m’excuse auprès de l’auteur et la maison d’édition par avance mais je ne suis pas parvenue à apprécier ce roman, je ne remet nullement en cause le talent de l’auteur loin de là , il y a

même des passages qui m’ont plu mais le terminer a été très difficile.

Je n’écoute pas de musique alors je n’ai sans doute pas cette sensibilité artistique qui m’aurait davantage aidée à apprécier la subtilité du récit mais les zikos vont l’adorer, je n’en doute pas.

J’ai énormément entendu parler de ce roman d’ou ma curiosité à son sujet et son succès n’est donc pas une surprise.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s